CUBAN COOKING

Facebook: Tomas Enriquez

Google Plus: Cuisine Cubaine

 


LA CUISINE CUBAINE


 


 


Une manière, typiquement  cubaine… contrairement à la tradition européenne, il n’y a pas à Cuba de frontière entre cuisine populaire et  gastronomie élitiste, et le socialisme n’a rien à y voir, il y a la cuisine cubaine.


C’est une cuisine que vient tout droit de la campagne. Elle est à base de produits simples, ceux qu’offre le terroir, et elle en  tire la quintessence grâce à sa science de la cuisson et son art d’harmoniser les ingrédients.


C'est une cuisine d'inspiration du moment, qui,   comme la musique toujours, aime á improviser  sur une trame, á partir des éléments ¡disponibles.


Elle ne fait pas appel à des pratiques ou á des moyens complexes ou trop sophistiqués mais à la passion et au feeling pour faire naître de lamagie  dans  des  préparations   longuement   et patiemment élaborées


 Lorsque Christophe COLOMB, pensant arriver á Cipango, débarque á Cuba, les Indiens Taino et Siboney qui peuplaient l'île connaissaient le tabac, cultivaient le manioc, le taros, le maïs, les patates douces, une grande variété de haricots et se nourrissaient aussi de mangues, goyaves, papayes, maneys, ananas, noix de coco, etc.


Dans les cales de leurs navires, les Espagnols apportèrent d'Europe les choux et les carottes, d'Afriquela canne à sucre, la banane plantain, l'igname, le riz, le café. d'Amérique du Sud les tomates, les pommes de terre, lespoivrons.


Ils amenaient  aussi une façonde cuisineroù la graisse


tient une place importante: friture, viandes très cuites, soupes et potages.


Le cumin, l'origan, le persil, la menthe verte, l'orangeamere et surtout l'ajo  (l’ail), sont les principaux) condiments de la cuisine cubaine.


Le riz  tient une place importante et, comme dans toute la


cuisine  créole, est présent á tous les repas. Mélangé á des


haricots rouges, c'est le congri, et mélangé á des haricots noirs, le Moro y Chiristianos, ainsi nommé á cause de l'opposition


des couleurs et qui est quasiment un plat national.


La banane plantain tient aussi une large place dans la cuisine cubaine. Lorsqu'elle est mure, on la fait cuire en longues bandes que l'on fait frire. Si elle est verte, on la coupe en rondelles fines que l'on fait frire comme des chips. On en faitfrire également de gros morceaux que l’on écrase á la main et que l'on fait frire á nouveau pour obtenir des tostones. Elle sert aussi á préparer le fufú africain: on bouillir des morceaux de bananes plantains que l'on écrase á la fourchette avec un filet d'huile d'olive et de l'ail et on rajoute des morceaux de lard frit.


La production de viande séchée a été longtemps une des bases de l'économie de Cuba. Aussi, le tasajo, ou boucan, était servi au même titre que les viandes fraîches de boeuf, de porc ou de volaille. La viande de porc reste la plus appréciée,un repas de fête se composera volontiers d'un cochon de lait rôti servi avec une soupe de haricots noirs, du riz blanc et du manioc en sauce.


Sensuelle, pleine de rythme, de chaleur et de vie, à l'image même de Cuba... et des Cubains.


 


Bioliografia : (Savoir Cuisine Créole)

Interêts

Cuisine Cubaine